add share buttons

Dr Hamadoun Touré de SMART AFRICA à Madagascar pour une conférence

Smart Africa Hamadoun Toure a Madagascar

     Le vendredi 26 mai dernier, s’est tenu une confĂ©rence organisĂ©e par le MinistĂšre des postes, des TĂ©lĂ©communications et du DĂ©veloppement NumĂ©rique, menĂ©e par le Dr. Hamadoun TOURE, ex SG de l’Union International des TĂ©lĂ©coms pendant 6 ans et Ă  prĂ©sent Directeur ExĂ©cutif de Smart Africa. IngĂ©nieur en systĂšme satellite, membre non exĂ©cutif du conseil d’administration d’Immarsat depuis mars 2015, Mr TourĂ© est actuellement l’un des africains les plus influents dans le domaine des tĂ©lĂ©coms.

Sur le thĂšme : « La transformation numĂ©rique d’un pays, partage d’expĂ©riences », la confĂ©rence a Ă©tĂ© prĂ©sidĂ©e par le Ministre Neypatraiky AndrĂ© Rakotomamonjy avec la prĂ©sence d’une centaine de personnes, issues du secteur privĂ© et publiques mais du domaine des TICS.

Smart-Africa-Dr-Toure-Hamadoun

Africa First
Tous les acteurs de l’économie numĂ©rique sont unanimes quant au caractĂšre stratĂ©gique des Tics, dans le processus de dĂ©veloppement des Ă©conomies africaines. Dr. Hamadoun TOURE  a tenu Ă  partager sa vision de l’Afrique de demain. « Africa First » cette ode est l’objectif des projets avancĂ©s par l’alliance que forme plus de 20 pays africains qui ont dĂ©cidĂ©s de se rĂ©unir pour vaincre la fracture numĂ©rique. La vision adoptĂ©e : « transformer l’Afrique en un marchĂ© unique numĂ©rique », sous le sigle : Smart Africa.

« Nous avons atteint 1 milliard d’habitants vivant sur le continent africain. Si nous voulons que ce milliard d’individus soit connectĂ©, allons-nous importer 1 milliard de tablettes, de laptops, de smartphones ? N’est-il pas indispensable que l’Afrique commence Ă  se donner les moyens d’attirer les industries numĂ©riques sur son territoire, pour que les Ă©quipements internet, les logiciels, les produits “hardware” soit produits dans les pays africains ? La rĂ©volution numĂ©rique africaine ne se fera pas sans une nouvelle rĂ©volution industrielle. Et cela commence par la crĂ©ation d’un marchĂ© numĂ©rique commun, parce que 54 États africains qui se tournent le dos ne parviendront jamais individuellement Ă  ĂȘtre suffisamment attractifs pour attirer des investissements industriels massifs et crĂ©ateurs d’emplois ».

5 piliers, 4 axes et 300 milliards de dollars d’ici 2020
Les pays africains de la Smart Africa Alliance comptent lever 300 milliards $ pour connecter l’Afrique sub-saharienne au travers d’infrastructures et Ă©quipements TIC clĂ©s. Afin de permettre la croissance Ă©conomique et la crĂ©ation d’emploi et la crĂ©ation d’emplois dans le secteur du numĂ©rique et de domaines qui s’y rattachent, Smart Africa prĂ©voit 5 piliers catalysĂ©s sur 4 axes d’actions concrĂštes :
. Ces 5 piliers sont : la politique, l’accĂšs, l’e-gouvernement, le secteur privĂ© / entrepreneuriat, le dĂ©veloppement durable.
. Ces 4 catalyseurs, ces axes oĂč les 5 piliers s’établissent sont : l’innovation, la communication/promotion,  le renforcement des capacitĂ©s, la mobilisation des ressources.

La place des jeunes, la parité dans la société, le self estime, la rigueur, la volonté du concret, tous ces points abordés, avec un message destiné pour Madagascar :

« Madagascar est un des pays africains, dotĂ©s des meilleurs outils et Ă©quipements quand nous parlons d’AutoritĂ© de rĂ©gulation ( 
) sans compter le nombre de jeunes malgaches qui ont un talent sans pareil dans le domaine de l’ingĂ©nierie et des Tics (
) Que Madagascar soit ou non membre de Smart Africa, le pays doit pouvoir s’inspirer de notre vision et ne pas attendre que les autres avancent pour soi. Il faut agir dĂšs maintenant ! (
) Chaque pays membre a son projet phare, et nulle doute que si Madagascar intĂšgre un jour Smart Africa, nombreux sont les types de projets qui pourront ĂȘtre dĂ©veloppĂ©s ».

-Infos supplémentaires sur Smart Africa-

  • Une alliance croissante
    Actuellement 19 Pays Membres et 14 organisations internationales et du secteur privĂ©, forment l’Alliance Smart Africa. Il s’agit de : l’Angola, le BĂ©nin, le Burkina Faso, la CĂŽte d’Ivoire, le Djibouti, l’Egypte, le Gabon, la GuinĂ©e, le Kenya, le Mali, l’Ouganda, le Rwanda, le SĂ©nĂ©gal, le Soudan du Sud, le Benin, le Togo, le Niger, le Tchad , Tunisie, et des organisations non gouvernementales.
  • Parmi les rĂ©alisations de Smart Africa
    Le free roaming africain: dĂ©marrage effectif le 31 mars 2017, sur un rĂ©seau unique permettant d’appeler et recevoir des appels au tarif local sans taxes supplĂ©mentaires.  Les 5 pays de la sous-rĂ©gion occidentale dont le Burkina Faso, la GuinĂ©e, le Mali, le SĂ©nĂ©gal et le Togo et les 4 pays de la sous-rĂ©gion orientale  le  Kenya, le Rwanda, le Soudan du Sud et l’Ouganda ont dĂ©jĂ  adoptĂ© cette nouvelle pratique.

Voir aussi

Arbre Solaire au Village d'Andralanitra

L’arbre solaire illumine le village d’Andralanitra

Les 25 000 habitants du village d’Andralanitra Ă  Madagascar sont les bĂ©nĂ©ficiaires des deux premiers arbres solaires implantĂ©s dans la grande Ăźle. BaptisĂ©es ALTES (Autonomous Life Tree Electric System),...

ppn EKOMADA

INFLATION: LE SUCRE BLANC À ARIARY 3 600 LE KILO, LE SUCRE ROUX À ARIARY 3 000

A peine le prix de riz stabilisĂ©, celui du sucre est en difficultĂ© depuis la fin cette semaine . Presque tous les grossistes n’en vendent plus Ă  cause de...

sambava ekomada

FILIÈRE VANILLE : DES MESURES PLUS SÉVÈRES POUR LUTTER CONTRE LA RÉCOLTE PRÉCOCE

Lors de son passage dans la région SAVA, le Président de la République a tenu une réunion avec les opérateurs de la filiÚre vanille de la Région SAVA. Avec...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.



Chaine vidéo


Back to top Menu mobile